Réservation en ligne
CONI'FER

La Meule à charbon

La meule surveillée par Henti

La meule à charbon de bois du CONI'FER

Chaque année au mois d' Août, le CONI'FER propose aux voyageurs à Fontaine Ronde un spectacle étonnant: la lente combustion du bois à l'intérieur d'une meule qui, une fois démontée, va produire un charbon de bois artisanal d'une grande qualité.

Pendant une dizaine de jours, le bois doit lentement se consumer sans jamais s'enflammer. Cette lente combustion nécessite, durant toute sa durée, une surveillance permanente, de jour comme de nuit.
Le responsable de cette meule, Henri GEISSBUHLER, ne la quitte pratiquement jamais des yeux, avec une visite toutes les 2 heures, de jour comme de nuit, pendant la dizaine de jours que dure la carbonisation
Etape 1 Le montage de la meule
Plusieurs stères de bois prélevés à plus de 1000 mètres d'alititude, gages d'une qualité certaine, sont utilisés pour le montage.
Les buches sont ensuite recouvertes de foin, puis de terre, car la meule doit se consumer lentement  et en aucun cas ne prendre feu.
Heni va percer tous les 40 cenrimètres des trous à la base de la meule. Ils l'alimenteront  en oxygène.
Aux 2/3 de la meule, sont percés des trous tous les 40 centimétres, afin d'évacuer les fumées de combustion.
Ils seront déplacés vers le bas au fur et à mesure de la combustion.



 

Etape 2 L'allumage de la meule

Henri  verse des braises dans la cheminée, dans laquelle il ajoute ensuite régulièrement des bûches de bois.
Après trois heures, la meule est bien allumée. A ce moment, on complète le cheminée avec des bûches, puis on la ferme avec un couvercle métallique ou des quartiers de bois recouverts de poussiers (couches de terre).
Le 5 août, c'est Hubert Querry, responsable de l'orchestre "lLes Vieux de l'Hop", qui a procédé à l'allumage de la meule, laquelle va lentement se consumer jusqu'au 14 août.

Etape 3  L'ouverture de la Meule ( Vendredi 14 août )

Le temps clément a permis d'ouvrir notre meule comme convenu le vendredi 14 août en début de soirée. En effet il est plus facile de repérer de nuit les braises qui se réactivent et pourraient s'incendier. On peut ainsi les asperger d'eau pour réduire le risque.
Henri va tout d'abord organiser le travail de la dizaine de bénévoles volantaires, qui vont passer prés de trois heures à ôter la terre, extraire le charbon de bois et l'étaler, brouette après brouette, en cordons rectilignes et parallèles, sous la surveillance attentive et active de Louis POIX
Ce travail poussiéreux s'effectue cependant dans la bonne humeur, l'une des vertus essentielles que cultive Le CONI'FER.



 


Dernière étape   La mise en sacs
Le lendemain matin, ces bénévoles se retrouvent pour mettre en sacs ce précieux combustible aux qualités de combustion exceptionnelles, vendu à des prix très concurrentiels par l'association.
Il est en effet réutilisable plusieurs fois


 

 

 

L